Interview de Nico Bally

Nico Bally répond à mes questions!

Je suis ravie de vous retrouver aujourd'hui pour l'interview de Nico Bally , auteur de nombreuses nouvelles, mais également de quelques romans, notamment de "Lucie Corvus contre Mister Poiscaille" et "Taupe". Dans cet interview, nous allons principalement nous intéresser à "Taupe".

 @NicoBally
  Site internet


▪️ Bonjour Nico , peux-tu te présenter pour ceux qui lisent cet article ?

Bonjour ! Je m’appelle Nico Bally et j’écris des histoires fantastiques. J’aime les ambiances magiques, oniriques, l’humour, l’aventure, les animaux et la littérature Jeunesse.
J’ai commencé par écrire des tonnes de nouvelles de tous les styles. J’en ai publié une centaine avant de me m’attaquer aux romans.

▪️ J'ai vu sur ton site que tu écrivais des romans, des adaptations scéniques, des nouvelles (…) Qu'est-ce que tu préfères?

Aujourd’hui je trouve mon équilibre dans les romans. Mais les nouvelles m’ont permis d’expérimenter rapidement plein de choses, d’exercer mon style et d’être publié plus facilement.
Lucie Corvus contre
 Mister Poiscaille
Quand j’essayais de construire un roman, il y a quinze ans, je partais dans toutes les directions, je changeais cent fois d’idées en cours de route. C’était infaisable !
Et puis j’ai sorti un premier recueil de nouvelles qui étaient toutes racontées par le même personnage. Au final ça ressemblait à un roman, alors je me suis dit « Pourquoi pas ? ». Les éditions Malpertuis l’ont publié sous le titre L’OEil Clos.
J’ai recommencé avec un autre univers. J’ai assemblé les épisodes d’un feuilleton Internet pour former un livre, ça a donné Lucie Corvus contre Mister Poiscaille.
Taupe est ma première histoire a avoir été conçue dès le départ comme un roman plutôt que comme un assemblage de nouvelles. Avec lui, je me suis prouvé que je pouvais y arriver. 
Et j’adore ça !

▪️ Pourquoi avoir choisi de publier principalement des histoires pour enfants/adolescents ?

Parce que je ne lis quasiment plus que ça.
J’essaie de varier au maximum mes lectures. J’ai exploité les vieux classiques, les délires extrêmes, la littérature expérimentale, la poésie, l’horreur, le cyberpunk, la romance… Mais j’en reviens toujours à la Jeunesse. Je trouve que c’est aujourd’hui la littérature la plus vivante, la plus créative et la plus fraîche.
Le lectorat Jeunesse est très exigeant, il se moque de savoir s’il lit un classique, un livre primé ou célèbre, il veut juste un bon roman. Les adultes ont tendance à s’acharner sur des lectures difficiles, sous prétexte qu’elles sont réputées. Les enfants ne jugent que le texte sans se demander qui est l’auteur ou si le livre est dans le Top 10 de Telerama.
La littérature Jeunesse pétille d’idées fortes, nouvelles et rebelles. Elle cumule émotion, humour, émerveillement, esprit d’aventure et soif d’inconnu. Elle intègre tous les autres genres, les digère et les réveille. Elle est en plein bouillonnement.
En plus, c’est l’une des rares littératures a donner leur place aux animaux. Si Georges Orwell sortait La Ferme des Animaux aujourd’hui, on le classerait en Jeunesse ou on lui demanderait de le ré-écrire sans animaux...

▪️ Peux-tu nous décrire ton roman « Taupe » paru en 2013 aux éditions Malpertuis ?

C’est un roman d’aventure qui se déroule entièrement dans une machine-usine. Elle creuse jusqu’au centre de la Terre avec à son bord un enfant qui s’y trouve par erreur. Il n’y a pas sa place. Sa simple présence met en danger la mission, et il ne peut pas sortir...

▪️ Pourquoi les éditions Malpertuis ?

Ils m’avaient déjà fait confiance sur L’OEil Clos et sur plusieurs nouvelles. Normalement, ils ne publient pas de Jeunesse, mais je leur en ai parlé et le projet les a charmé !



▪️ Combien de temps l'écriture de ce livre de 152 pages t'a-t-elle pris ?

5 mois juste pour la rédaction. Avant ça j’ai mis mes idées en place, créé des fiches de personnages, dessiné le plan de l’appareil, fais des recherches, etc.
Puis il y a eu plusieurs mois de relectures et de corrections.
C’est difficile de donner un chiffre exact pour le total, parce que l’histoire grandit d’elle-même dans ma tête, parfois sans que j’y fasse attention, et les corrections finales peuvent s’étaler et se faire par petites touches selon les retours que j’ai.

▪️ Pourquoi avoir choisi 1864 pour ton histoire ?

Dessin sur la couverture originale
de Voyage au centre de la Terre
de Jules Verne.
En définissant mon histoire, je me suis rendu compte qu’elle ressemblait beaucoup à du Jules Verne. Donc je me suis penché sur les textes de l’auteur. J’ai repris la date du Voyage au Centre de la Terre parce que j’avais l’impression d’écrire ma version de cette histoire. Au final les deux romans sont très différents, mais j’aime bien l’idée qu’ils soient liés par ce genre de références discrètes, comme si le même jour deux expéditions différentes étaient parties vers le centre de la Terre.

▪️ D'où te viens l'idée de Taupe, cette incroyable machine travaillée dans les moindres détails ?

C’est un mélange d’un million de petites choses !
J'ai fait un rêve, il y a des années de ça, où j'étais attaché à une taupe géante. Elle creusait le sol pour atteindre le centre de la planète. Ça n'était pas la Terre, mais Orion, celle que décrit Manset dans son rock-opéra La Mort d’Orion.
La planète était mourante, et j'avais été choisi pour descendre au centre afin de l'achever. Ce rêve me hante toujours. J'ai rédigé plusieurs brouillons de textes le retranscrivant, sans jamais arriver à le saisir. Il ne reste plus grand-chose de ce rêve dans Taupe, mais d’une certaine manière tout vient quand même de là.
Je voulais aussi depuis longtemps raconter l'histoire d'un équipage dans un huis-clos mouvant. Au début je pensais simplement à un bateau, puis à un vaisseau spatial qui ne ferait aucune escale, comme celui de Destination Vide. Les œuvres qui ont nourri cette envie sont : Firefly (Joss Whedon), Sunshine (Danny Boyle), Croisière pour un cadavre (Delphine Software) et probablement d'autres…
Le déclencheur a finalement été l'envie de décrire une machine-usine gigantesque. Cela me vient du Château ambulant et des bains du Voyage de Chihiro.
Je voulais décrire un organisme mécanique vu de l'intérieur, avec une population le faisant fonctionner.

▪️ Les personnages de ce romans sont tous très différents les uns des autres et ont tous une personnalité bien définie, sont-ils entièrement le fruit de ton imagination ou inspirés de personnes réelles ?

J’essaie de m’inspirer au maximum du réel. Je picore des idées dans mon entourage.
Mes fiches de personnages étaient composées de photos d’amis et de célébrités, d’images d’époques et de notes en tous genres.
Ça n’est pas mon livre le plus autobiographique, mais ceux qui me connaissent personnellement peuvent s’amuser à reconnaître des détails ici ou là. Il y a même des sortes de private joke très très private qu’on ne doit être que deux au monde à comprendre. :p

▪️ Si tu ne devais garder qu'un personnages (autre que Jules) de ton histoire, qui choisirais-tu ?

Tapetum !
Pour moi Taupe est l’histoire de Tapetum encore plus que celle de Jules. Que doit faire la société de ses passagers clandestins, ses indésirables qui ne « servent à rien » ?
Aujourd’hui les chats des rues ont un destin souvent horrible. Que des associations prennent le temps de les recueillir, les nourrir, les soigner, leur trouver un foyer, ça me remplit d’amour pour l’humanité. J’ai voulu montrer ça dans Taupe : une société mécanique, utilitariste, qui parvient quand même à avoir du cœur et à accepter un animal perdu.

Jules n’est finalement que le reflet humain de Tapetum, un vecteur un peu plus accessible pour raconter cette histoire.

▪️ Il y a t-il des romans qui t'ont inspirés pour écrire le tiens ? Si oui le(s)quel(s) ?

Pour Taupe, j’ai beaucoup puisé dans Jules Verne, mais avec l’envie de garder un style moderne et vif.
J’avoue ne pas avoir pensé à d’autres livres. J’ai creusé un peu dans toutes les directions, je me suis nourri d’images, d’articles, de musiques et d’idées. Mais je n’avais pas vraiment de roman en référence.

Cette interview est terminée, en tout cas merci d'avoir répondu à mes questions ! Un petit mot pour la fin ?


Miaou !

J'espère que cette interview vous a plus et vous aura donné envie de lire Taupe par la même occasion!
On se retrouve très bientôt pour un nouvel article, en attendant la prochaine interview ! :)


4 commentaires :

  1. J'ai adoré cette interview :) Mais dis moi, ce Jules Verne je le retrouve par tout, dans mon sujet de BAC de français, ici ... ce serai un signe du destin ? En tout cas, cette interview m'a donné envie de lire Taupe, rien que pour découvrir le petit chat ( oui bon ok, quand il est question d'animaux, je suis tout de suite amadouée ). Et qui sait, je vais peut-être me lancer dans les romans de Jules Verne ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que ça t'ait plu! :) J'espère que tu liras Taupe! Pour Jules Verne, je n'en ai jamais lu. Tapetum est une bonne raison de lire le livre, mais je peux aussi t'assurer que l'histoire en vaut la peine ^^

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas l'auteur, mais il m'a donné envie de découvrir ces textes. Et j'aime bien l'idée de la référence discrète à Jules Verne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu Taupe et Lucie Corvus contre Mister Poiscaille qui sont vraiment bien!! Je les ai chroniqué :) J'espère que tu tenteras :)

      Supprimer