Zombie Kebab - Olivier Saraja

ZOMBIE KEBAB
___________________________
De Olivier Saraja
Edition Walrus - 1,99€ - 112 pages

Au mauvais endroit, au mauvais moment : l’expression semble avoir été pensée pour Hakim, un banlieusard qui multiplie les petits boulots pour subvenir aux besoins des siens… jusqu’au jour où un accident fait basculer sa petite vie. Hakim devient alors le « patient zéro », le point de départ d’une apocalypse zombie. Malgré sa transformation — et une faim permanente —, Hakim conserve intactes ses facultés intellectuelles (ou presque) et s’en sert pour témoigner. Que fera-t-il de son nouvel état : protéger le monde, ou bien le dévaster ?





Zombie Kebab est l'un des trois romans de Olivier Saraja et j'ai gagné lors de son concours, c'est un court livre avec des zombies, il est assez rare que j'en lise, et j'avoue que j'aimerai m'y mettre un peu, adorant la série The Walking Dead, j'aimerai explorer un peu ce thème dans les livres.

Dès les premières pages j'ai eu du mal avec le vocabulaire utilisé, non pas avec la plume de l'auteur, qui comme dans Spores, reste fluide, mais bien par la familiarité de ce roman. on comprend très vite que c'est la personnalité de Hakim, personnage principal qui en est la cause, et ça ne m'a pas vraiment plu, je n'ai pas trouvé toute cette grossièreté nécessaire, du moins pas en aussi grande quantité, même si parfois, j'avoue que ça accentue un peu l'atmosphère de certaines situations, mais il ne faut pas non plus en abuser à mes yeux.

Outre ce point que je n'ai pas vraiment apprécié, l'histoire en elle même est très intéressante, Hakim, qui multiplie les petits boulots pour nourrir sa famille, rencontre un problème alors qu'il travaille, il se passe alors des choses dont il ignore encore les conséquences, lors de cet accident, il est tout près de laboratoire assez secrets, ce qui est alors peut-être une piste, et quelques temps après, alors qu'il est sur le lieu d'un autre de ses boulots, il sent bien que quelque chose se passe en lui, il a sans cesse faim et ne se sent pas très bien...
C'est ici que tout commence, puisqu'Hakim se transforme, il devient un zombie, mais "conserve ses facultés intellectuelles (ou presque)", ce qui le différencie des zombies que l'on voit à la télé ou de ceux dont on a une idée bien précise: un être sans aucune capacité intellectuelle, très maladroit et lent qui pousse des grognements étranges à longueur de journée.

Comme vous pouvez l'imaginer, la situation dégénère et nous sommes témoin d'une invasion de Zombie et Hakim en est responsable. J'ai trouvé le fait que l'on suive l'invasion et la progression des zombies de l'intérieur très intéressant, je n'en lis pas souvent alors je ne peux rien affirmer, mais je ne pense pas que les livres de zombies où le personnage principal est lui même un zombie soient très courants!

Malgré le fait que j'ai pas vraiment accroché à Hakim par son langage et ses actes, j'ai beaucoup aimé le fait que le récit soit très rythmé, les événements se déroulent fluidement, avec une pointe d'horreur et même d'humour! Il y a notamment quelques références à des films qui m'ont fait sourire à quelques reprises.

Zombie Kebab est une histoire qui se lit très bien dans laquelle on retrouve de nombreux rebondissements qui ne nous laissent pas nous ennuyer, c'est une bonne lecture. Si vous avez envie de lire un court livre avec du zombie, alors je vous le conseil.

4 commentaires :

  1. Bof, ce n'est pas un livre qui me tente beaucoup. Même si j'ai déjà rencontré des zombies dans certaines de mes lectures (2, en fait : Anita Blake et New Victoria), ce n'est pas une créature qui m'intéresse. En outre, les points négatifs que tu soulignent ne me donnent pas du tout envie ! Du coup, je passe mon tour. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre, ce n'est pas non plus la créature qui m'intéresse mais plus le côté survie des hommes confrontés à ces créatures justement. :)

      Supprimer
  2. Je découvre petit à petit les zombies dans mes lectures, et j'apprécie beaucoup. Du coup, c'est une lecture que je pourrais peut-être apprécier, malgré la vulgarité qui est dommage ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ça peut plaire malgré la vulgarité, c'est juste moi qui n'apprécie pas trop :)

      Supprimer