Interview de Laurent Jardin

Laurent Jardin répond à mes questions!

Aujourd'hui je vous propose l'interview de Laurent Jardin, non pas en tant qu'auteur mais en tant que traducteur! Je trouve que ça change un peu des interviews auteur et ça permet d'en apprendre plus sur le métier de traducteur, je ne m'attarde pas trop, et donne la parole à Laurent.


 @Stellicides

▪️ Bonjour Laurent, peux-tu te présenter?

Bonjour, je m'appelle Laurent Jardin, j'ai 35 ans et je vis en Haute-Savoie avec ma femme et nos deux enfants. Je travaille dans la traduction depuis une dizaine d'années et je mène en parallèle une activité d'auteur amateur. 

▪️ Pourquoi as-tu voulu devenir traducteur ?


Je n'ai jamais "voulu" devenir traducteur, c'est une opportunité qui s'est présentée à un moment de ma vie professionnelle. Je travaillais comme testeur de jeux vidéo chez Electronic Arts, à Lyon, et au bout de deux ans mon service a été délocalisé à Madrid. J'aurais pu partir là-bas mais ça ne m'intéressait pas pour diverses raisons. J'ai passé un entretien pour un poste à Lyon, je n'ai pas été retenu mais la personne qui m'a fait passer l'entretien a pensé que je pouvais faire un bon traducteur car je lui avais dit que j'aimais écrire... Et c'est comme ça que je me suis lancé.

▪️ As-tu fais des études pour cela ?


Non :) J'ai fait lettres modernes à la fac puis journalisme... disons qu'il y avait un rapport très lointain, mais c'est mon expérience comme testeur sur les versions françaises des jeux qui m'a servi pour me lancer dans la traduction.



▪️ La traduction est alors accessible pour quiconque a un bon niveau de langue ?


Oui, l'important est surtout le niveau dans la langue cible. Pour être honnête je n'ai pas un niveau d'anglais parfait mais l'important est de rendre un texte nickel. Après la connaissance du sujet est un gros plus : comme je connais bien les jeux, je peux parfois combler des lacunes d'anglais grâce à cette connaissance.

▪️ Qu'elle langue traduis-tu ?

De l'anglais vers le français.

▪️ Quel genre de texte traduis-tu ?
 
J'ai fait beaucoup de traduction de jeux vidéo : selon les jeux, je traduis les dialogues audio, les textes écran, les éléments annexes comme les sites Internet, les communiqués de presse... J'ai aussi traduit deux livres et tous les mois je travaille sur la version française du magazine Game Informer.


▪️ Puisque tu as traduis 2 livres, qu'est-ce qui est le plus compliqué à traduire entre un jeu-vidéo et un livre ?

Je dirais plus facile puisque avec un livre, tu as l'ensemble dès le début, donc si quelque chose te semble obscure, tu peux toujours essayer de déduire par rapport au reste. les deadlines sont souvent plus larges aussi. Avec les JV, c'est un peu au jour le jour, les textes sont "découpés" et on manque parfois de contexte et les développeurs ne répondent pas toujours rapidement... Mais avec un livre, il faut soigner davantage le style pour que la lecture soit fluide et pour faire oublier au lecteur qu'il lit un texte traduit.

▪️ Qu'est-ce que tu préfères traduire ?


Ca dépend vraiment du projet... il y a des jeux qui sont très ennuyeux à traduire et d'autres où tu as de quoi t'amuser un peu... pareil pour les livres je pense, si tu n'aimes pas le livre en tant que lecteur, j'imagine que la traduction ne va pas être une partie de plaisir.

▪️ As-tu parfois trouvé le niveau de langue trop élevé ?


C'est pas tant le niveau de langue mais plus les sujets concernés... par exemple sur Game Informer, c'est un magazine américain donc qui parle pas mal de jeux typiquement US, comme les jeux de foot US, baseball, hockey sur glace... et alors là, bonjour pour comprendre le texte anglais ^^ Après il faut bien avouer que dans les jeux vidéo, on tombe rarement sur de la grande littérature!

▪️ Une anecdote par rapport à la traduction ?


Il y a les anecdotes qui doivent arriver à beaucoup de traducteurs : quand on bosse sur des dialogues audio, qui vont être doublés, il faut respecter le nombre de syllabes de l'anglais pour le texte français... donc quand tu fais ça des jours, tu n'arrêtes pas de compter les syllabes dans ta tête... et une fois, en regardant une série télé doublée en français, je me suis rendu compte que je comptais inconsciemment les syllabes sur les lèvres des acteurs, pour voir si ça correspondait avec les dialogues français...
Après il y a les recherches documentaires que tu fais, qui t'amènent parfois sur des trucs vraiment bizarres... dans le jeu "Alice : Retour au pays de la folie", il y avait un dialogue qui faisait référence aux centaures, et j'avais l'impression que ça renvoyait à un truc précis dans la mythologie... donc j'ai fait des recherches et je suis tombé sur une page Wikipédia sur... la sexualité des centaures.

▪️ Un mot pour la fin ?


Je ressortirais cette phrase que m'avait sortie ma prof de français au lycée : "traduire c'est trahir"
Je pense qu'il ne faut pas hésiter à trahir un peu le texte original parfois, si ça sert la cause d'une bonne version traduite, sachant que de toute façon, il n'y a pas de traduction parfaite.


Je remercie Laurent pour avoir répondu à toutes mes questions, j'espère que cette interviews vous aura plu! La prochaine sur le blog sera une interview auteur!





6 commentaires :

  1. J'ai adoré cette interview, elle est super intéressante. Et l'anecdote sur les syllabes m'a bien fait rire :) 👌

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravie ^^ On parle peu des traducteurs ^^

      Supprimer
  2. C'est super intéressant, je trouve ! Cela permet d'un peu plus comprendre le métier de traducteur et comment cela se passe :)

    RépondreSupprimer
  3. Tres bel article ! On découvre un univers...

    RépondreSupprimer